Une Communication Particulière (2/2)

Dans mon précédent article, je relatais un étrange phénomène : j’ai pensé très fort à une chose improbable, j’y ai cru au point de défier la logique, j’y suis arrivé, et cela a transformé ma vie. Car quelle que soit l’argumentation logique que tu pourrais me donner, il y a une chose qu’on ne peut pas m’enlever : c’est arrivé dans MA vie ! J’ai donc toutes les raisons d’y croire et d’agir en conséquence. C’est-à-dire d’étendre le champ des possibles, et de viser plus haut que les limites qui semblent s’imposer d’elles-mêmes. J’ai eu la preuve que ça marche !

De ce fait, mon parcours dans le monde du Développement Personnel puis du Coaching est forcément influencé par cet évènement (et d’autres).  Et bien évidemment, lorsque j’en ai eu vent, je  me suis intéressé à la fameuse «Loi de l’Attraction»…

La «Loi de l’Attraction»

Je pense, donc je suis, disait Descartes…

Mais comment un homme aussi cartésien peut-il croire que le simple fait de penser, lui réserve une place concrète dans le monde ?

La croyance selon laquelle une pensée voyage au-delà du crane n’est pas nouvelle. Les philosophes antiques en parlaient, on trouve des textes qui évoquent ce principe dans les saintes écritures (de toutes religions), comme dans les citations bouddhistes.

Cette croyance se confirme puisque de nombreuses expériences scientifiques prouvent qu’une pensée est une onde cérébrale. Il est même envisagé de lire cette onde et de la faire interpréter par des logiciels pour en saisir le sens… Certaines expériences sont déjà en cours, elles ne sont pas encore très concluantes, mais elles prouvent que la pensée est un signal qui peut être capté, et que la courbe de l’onde, son intensité, et probablement bien d’autres choses à découvrir ont une signification… A l’image des ondes radio, le fait que nous ne voyions rien sortir de notre crane lorsque nous pensons, ne signifie pas qu’il n’y a rien à voir…

Pour les penseurs, il existe des pensées cultes, donc incontournables (comme les films cultes). Aucune pensée n’est vaine, il convient donc d’émettre et de recevoir de bonnes pensées : celles qui nous permettent de réussir notre vie (quel que soit le sens placé derrière le mot «Réussite»). Ce message non sonore émis par le cerveau est forcément reçu (ou du moins recevable). Mais par qui ? Par quoi ? Jusqu’à quelle distance ? La réponse est libre. Certains parlent de D.ieu, d’autres de l’Univers (un terme plus générique, et plus acceptable par les athées et les agnostiques).

Selon les inconditionnels de la Loi de l’Attraction, lorsque tu envoies des pensées à l’Univers, il te renvoie des réponses  alignées sur ces pensées. Plus tu te focalises sur une chose, plus l’Univers est sollicité, plus il met à ta disposition un panel de choix correspondant à tes pensées. Si tu alimentes des pensées heureuses, tu co-crées une vie heureuse. Mais une personne qui alimente des pensées peureuses, attire de façon plus ou moins intense des évènements qui seront liés à ces peurs. Heureusement, beaucoup de ces évènements seront offerts pour rassurer la peur. On pourrait donc apprécier l’idée d’y penser pour se rassurer. Mais combien de temps gagnent les personnes qui n’ont même pas besoin d’être rassurées ? QUi alimentent directement des pensées confiantes ?…

Quitte à te forcer dans un premier temps, nourris-toi de pensées confiantes. Et pour y parvenir, rappelle-toi des moments de ta vie où tu as agi en toute confiance et tu as été récompensé au-delà du «possible».

Beaucoup trop de gens interprètent mal la Loi de l’Attraction. Ils en viennent à croire que l’idée est de penser très fort «je veux de l’argent, je veux de l’argent, j’ai besoin d’argent…» pour qu’un sac d’argent tombe du ciel, sans aucune action rémunératrice… C’est un manque évident de proactivité. Interpréter la Loi de l’Attraction sous le prisme «pense fort et ne fais rien ! Ca va venir tout seul…» mène beaucoup de gens vers l’apathie et une forme de spiritualité nonchalante… Je ne me ferme à rien, donc je ne vais pas m’ériger contre cette idée pour ridiculiser les pratiquants… Mais je ne l’encouragerai pas dans mes colonnes et ne l’alimenterai pas.

Etre acteur de sa vie ne consiste pas à rêver, mais à se lever pour réaliser ses rêves ! Le rêve est donc essentiel, mais tout dormeur et invité à se réveiller…

Si tu rêves d’argent en abondance, dirige tes pensées vers ton «Rapport à l’Argent». C’est ton «Rapport à» qu’il convient de travailler si tu veux agir autrement, et donc obtenir des résultats différents de ceux qui te collent à la peau.

  • Tu as des problèmes de couple ? Travaille ton «Rapport au Couple»
  • Tu as des problèmes avec les technologies ? Travaille ton «Rapport aux Technologies»
  • Tu as des problèmes avec les voitures ? Travaille ton «Rapport aux Voitures»
  • Tu as des problèmes avec la nourriture ? Travaille ton «Rapport à la nourriture»
  • Tu as des problèmes de Confiance ? Travaille ton «Rapport avec la Confiance»
  • etc.

C’est un travail sur Soi : tu as en toi une limite à ne pas dépasser et ta propension naturelle sera de la respecter, souvent en te situant en dessous. C’est comme une note scolaire : si ta limite est à 20, tu ne la dépasseras pas. Si tu atteins 14/20, ce sera chouette, car c’est au-dessus de la moyenne ! Et si tu décides de faire partie de la moyenne, tu t’aventureras aux alentours de 10… Des Revenus moyens, un Couple moyen, une Confiance moyenne… Ce n’est pas assez !

Autorise-toi à te défier, à te dépasser, pour rompre les limites !

Pourquoi j’aime les fêtes comme la Saint Valentin ou Noël ? C’est parce que ces jours-là (et à l’approche de ces jours), on voit à quel point tous ces gens qui se croyaient «moyens» et se complaisaient dans une certaine incertitude, se stimulent pour offrir beaucoup plus qu’un jour moyen… Ce mouvements de foule sont particulièrement stimulants. Je ne dis pas qu’on en a besoin (pourquoi attendre l’euphorie de la Saint Valentin ou Noël pour offrir un beau cadeau ?). Mais c’est très inspirant ! Combien de personnes qui se plaignent toute l’année de leurs faibles potentiel, se retrouvent avec des moyens décuplés lorsque le monde extérieur les invite à y croire ?…

Le Développement Personnel t’invite à viser plus haut que tes besoins de base en suivant les lois de ton monde intérieur ! Des lois dont les limites ne sont pas imposés par d’autres. Si tu décides vraiment de repousser tes limites en envisageant tous les possibles, en y pensant chaque jour, tu obtiendras des résultats probants.

Et je rappelle que les solutions ne sont pas automatiques et passives. Attraction peut être décomposé : ATTR-ACTION !

La Loi de l’Attraction est celle qui ATTIRE les ACTIONS

Tu deviens un aimant à actions ! Les bonnes actions : celles qui te permettent d’atteindre tes objectifs.

Ça commence bien évidemment par la pensée, mais ça ne s’arrête pas là.

Cette vision, orientée Actions n’enlève rien à la beauté du côté spirituel de cette loi : tu agiras en fonction des «signes» qui apparaîtront chemin faisant : ces «signes» sont le fruit d’une co-création avec l’Univers qui est ainsi fait (ou qui a été créé ainsi). Après avoir visualisé ce à quoi tu aspires, après avoir été envahi de belles pensées et de bons sentiments en harmonie avec l’Univers, ta perception sélectionnera ce qui est pertinent pour toi, plus facilement que si tu avais l’esprit embrumé et en colère contre le monde entier.

Sans le savoir (à l’époque on n’en parlait pas ainsi), il est possible que pour obtenir mon 21/20, j’étais dans cet état d’esprit pleinement conforme à la Loi de l’Attraction. J’ai donc co-créé la réponse dont j’avais besoin en améliorant mon «Rapport aux Mathématiques» puis j’ai agi en fonction de cette nouvelle relation que j’avais avec les maths : bien sûr que notre relation valait bien plus que 14 !

Est-il possible que ma nouvelle relation avec les maths et ce travail (passionné) aient pu solliciter l’Univers jusqu’à influencer Madame LECONTE ? Une influence telle que toute la classe en a bénéficié ?… Comment expliquer ça ??? Disons que si on décide de rentrer dans des explications, on se situe dans un autre cadre. La croyance suffit souvent pour agir de façon alignée ! Mais si tu as vraiment besoin d’une explication je peux t’en proposer une : ce sera dans mon prochain article. Un article intitulé «Une Communication Particulière (3/2)».

Ben quoi ???

A++

Stéphane

Read More

Une Communication particulière (1/2)

Lorsque j’étais en classe de 4ème, j’avais de bonnes notes en mathématiques : entre 12 et 14 sur 20. J’en étais fier, mais mon père me demandait pourquoi je n’avais pas 20 ? Je lui répondais que c’était impossible !

– Ah bon ? Il n’y a personne dans ta classe qui a 20 sur 20 ?

– Si, il y a Yvon ! Mais lui, il est trop fort…

– Demande-lui comment il fait !

– Tu crois que je peux avoir 20/20 si je fais comme lui ?

– Je crois que si tu vises la meilleure note, tu auras bien plus que 14 !

J’ai donc demandé à Yvon comment il faisait, et pendant des semaines, on a travaillé les mathématiques ensemble. Même en dehors de l’école (nous étions amis), nous parlions de mathématiques. Cette étude approfondie et amicale était devenu notre VALEUR. Nous avons même aidé d’autres amis à mieux comprendre les maths… Cette matière si étrange pour beaucoup de gens.

A la fin du deuxième trimestre, j’ai visé 20, et j’ai obtenu un beau 18 ! J’ai dit à mon père que j’ai réussi ! Il m’a alors répondu :

Au lieu de viser 20, vise 25 !

J’ai commencé par rire, parce que je croyais qu’il plaisantait. Mais il a gardé son air sérieux…

J’en ai parlé à Yvon qui m’a dit que c’était impossible ! On ne peut pas avoir 25 sur 20. J’ai donc entrepris de viser la note de 25 secrètement, puisque mon modèle, celui qui m’a appris à mieux apprendre, n’y croyait pas lui-même.

Impossible n’est pas Mathématiques

Le troisième trimestre venait de commencer avec un nouveau contrôle. Avant de rendre nos copies, la professeure de mathématiques a commencé par un petit discours de responsabilisation à l’attention de toute la classe :

Vos notes sont catastrophiques ! Il n’y a que 3 élèves qui sont allés jusqu’au dernier exercice, et seulement 5 qui ont une note au dessus de la moyenne. Mais j’avoue que j’ai choisi des exercices difficiles, donc j’ai décidé de changer le barème : il y avait 5 exercices, chacun devait être noté sur 4 points, j’ai décidé de noter chaque exercices sur 5 points… Pour ne pas pénaliser ceux qui sont allés jusqu’au dernier exercice et qui l’ont réussi, j’ai quand même attribué 2 notes au dessus de 20 : il y a un 25/20 et un 21/20 ! Ces notes compteront dans la moyenne.

Tout le monde s’est retourné vers Yvon, puis vers moi… J’étais sûr d’avoir mon 25 ! Madame LECONTE souriait (nous l’appelions «Leconte est bon !», parce que c’était inévitable…).

C’est Yvon, comme d’accoutumée, qui a obtenu la meilleure note… Quelle déception de n’avoir que 21/20 ! Mais Yvon m’a dit une chose qui m’a immédiatement remonté le moral :

– La prochaine fois que tu me diras un truc absurde, rappelle-moi que je dois te croire !

En présentant mon 21 à mon père, je lui ai raconté toute l’histoire. Il était content : J’ai vu des pépites dans ses yeux… Puis il m’a dit :

– Tu vois, lorsque tu crois fort en quelque chose, cette chose devient possible. Tu ne seras pas toujours le premier à en profiter, mais l’important c’est que ça profite !

Il était fort mon père ! Tous ceux qui ont lu «La peau de banane» le savent…

D’autres contrôles ont passé. J’ai eu un 19/20, puis je me suis stabilisé à 20/20 ! Sur le bulletin du troisième trimestre, Yvon et moi avions 20/20 de moyenne. Je savais qu’il avait une note supérieure à la mienne, mais sur le papier, ça ne se voyait pas.

Le barème intérieur

Le barème intérieur et un classique du dépassement de soi. Il permet de se dépasser en conscience. Je crois que l’exemple et assez «mathématique» pour que je n’aie pas besoin d’en commenter les rouages : le monde s’adapte à l’objectif…

Il reste une interrogation : de quel monde s’agit-il ?

Il est évident que le monde intérieur peut s’adapter à l’objectif. C’est un principe de base : je suis devenu un crac en mathématiques parce que j’y ai mis toute ma volonté, et je me suis fié à un modèle d’excellence (Yvon). C’est du coaching pur, il n’y a pas de secret : c’est juste un processus conscient qui permet d’aller vers…

Ce à quoi tu donnes ton importance apparaît dans ta vie et ce qui n’a pas de valeur à tes yeux disparaît.

Ca peut mettre un peu de temps surtout si d’autres volontés se mêlent aux tiennes, mais c’est ainsi que les choses fonctionnent. Ce n’est pas mystique, c’est proactif : ta vie et entre tes mains.

Demande aux gens qui ont du mal à boucler leur fin de mois, si l’argent est IMPORTANT à leurs yeux, puis pose la même question à ceux qui vivent dans l’aisance financière. La réponse n’est pas la conséquence, mais la cause…

Mais en ce qui concerne ce contrôle de mathématiques, il y a un grand MYSTERE. C’est arrivé au moment où mon père m’en a parlé, où j’en ai parlé à un ami, et où j’ai continué à y croire secrètement. Qu’est-ce qui explique ça ?

Pour que mon barème intérieur se manifeste extérieurement, il fallait en plus de mon travail personnel :

  • Que la moyenne générale de la classe soit basse
  • Que Madame LECONTE reconnaisse la complexité du contrôle et décide de changer le barème
  • Que le contrôle soit constitué de 5 exercices pour passer de 4×5 à 5×5, afin que la note de 25/20 devienne possible

Ça fait beaucoup trop de choses hors de mon contrôle… Je ne dis pas que cette histoire est  incroyable (je suppose que tout le monde a vécu ça une ou deux fois dans sa scolarité). Mais ce qui reste un mystère, c’est la réunion de tous ces évènements dans un laps de temps très court, comme pour répondre à ma vision…

Mais comment ça marche ? Je ne te demande pas comment ça marche dans l’absolu, car on entrerait dans de nombreuses théories ésotériques. Comment expliques-tu cette histoire de 21/20 ?

A++

Stéphane

Read More

La Communication positive

Imagine qu’un enfant de 3 à 4 ans vienne te montrer un dessin qu’il a tracé pour toi. Un joli dessin qui te touche… Il y a un peu de tout : un soleil, une balançoire, des adultes, des enfants, des animaux. L’harmonie est parfaite… Tu aimes vraiment ce dessin et pour exprimer ton enthousiasme, tu prends ton air le plus sympathique et tu dis :

– C’est pas mal !!!

dans l’expression “pas mal”, il y a deux mots négatifs :

  • PAS : C’est une négation
  • MAL : MAL, c’est pas BIEN !

Étrange… Par quel processus de pensées bizarres peut-on passer, pour qualifier de
«pas mal», une œuvre qui nous transcende ?

Comment cet enfant, qui ne maîtrise pas encore tous les aspects de notre langages, nos expressions et nos sous-entendus, peut-il recevoir ce message ?

Ne quittez pas !

En 2006, suite à une offre Internet «tout compris», un grand fournisseur d’accès s’est retrouvé submergé d’appels au support technique. Le fait d’avoir glissé dans l’offre un sticker avec un numéro gratuit, a augmenté les appels de plus de 50% ! Le standard saturait et le temps d’attente dépassait souvent les 30 minutes. Parfois il s’agissait d’un simple câble débranché ou d’un modem éteint… En d’autres termes, le client pouvait trouver sa solution tout seul, mais préférait appeler le numéro vert.

Un consultant a proposé une modification du message automatique du standard.

Au lieu de dire :

– Restez en ligne ! Vous allez être mis en relation avec votre interlocuteur.

le nouveau message disait :

– Ne quittez pas ! Tous nos interlocuteurs sont occupés. Veuillez nous excuser pour ce temps d’attente…

Un véritable tour de passe-passe qui a permis au Support Technique de retrouver son équilibre.

Que s’est-il passé ? C’est très simple : l’injonction «Ne quittez pas» suivie d’une mauvaise nouvelle, a provoqué un abandon spontané de plus de 30% des appels. En entendant la phrase négative les clients raccrochaient et cherchaient par eux-mêmes s’il y avait  une solution simple au problème. Le «coût psychologique» d’une longue attente les poussait à agir autrement.

Le résultat fut tellement significatif, que les stratèges de l’entreprise décidèrent d’alterner le message en fonction de la file d’attente. Lorsqu’elle était supportable on entendait «Restez en ligne…», mais dès qu’elle atteignait un seuil de saturation, on passait à «Ne quittez pas…»

C’est un phénomène psychologique connu depuis le milieu du siècle précédent : la formulation positive est considérée comme un encouragement, alors la formulation négative est considérée comme une invitation à jeter l’éponge…

Attention ! Si tu appelles une entreprise ou une administration et ton correspondant te dit «Ne quittez pas !», ce n’est pas forcément une stratégie. 90% des standards francophones utilisent la formule négative, contrairement aux anglophones qui utilisent plutôt «Hold the line» (restez en ligne).

Le formulation négative est très fréquente dans notre vie de tous les jours. Il est difficile de savoir si elle exprime la lassitude, le déni de l’idée, la volonté de décourager, ou tout simplement une façon de s’exprimer…

Les trois raisons les plus fréquentes sont celles-ci :

  1. La personne n’y croit pas elle-même : en prononçant «je n’ai pas eu le temps de tout étudier dans les moindres détails» au lieu de «j’ai étudié l’essentiel, nous aborderons les détails ensemble», elle exprime son manque de Confiance.
  2. La personne croit que les autres ne sont pas prêts à accueillir sa proposition  : en prononçant «Je sais que ça ne sera pas facile à accepter, mais si vous avez une autre idée n’hésitez pas», elle envisage le déni (n’hésitez-pas = je sais que vous aurez tendance à hésiter). La formule «C’est pour moi la meilleure solution, mais si vous avez des idées, je suis ouvert à toute proposition», est beaucoup plus encourageante.
  3. Le but est pédagogique : une phrase négative, suivie d’une explication peut aider à mieux comprend un objectif ou un concept. Par exemple : «Le coaching n’est pas une formation ! Une formation vous apporte de nouvelles connaissances, alors qu’un coaching vous permet d’utiliser ce que vous savez déjà».

Les deux premières raisons sont à éviter. La troisième est à encourager (avec modération), car elle permet de marquer une différence afin de mieux s’exprimer par la suite. Ainsi, la formule «N’hésitez pas à me contacter, je suis à votre écoute» est plutôt agréable (grâce à la fin de la phrase), même si tout le monde préférera «Je vous invite à me contacter, je suis à votre écoute».

Entraîne-toi !

Le journal Santé+ Magazine a publié une vidéo intitulée «Les 10 choses que vous devriez arrêter de faire pour vivre plus heureux» :

  1. Arrêtez de fréquenter des personnes toxiques !
  2. Arrêtez de regretter les erreurs du passé !
  3. Arrêtez de vouloir toujours avoir raison !
  4. Arrêtez de vous apitoyer sur votre sort !
  5. Arrêtez d’avoir un discours intérieur négatif
  6. Arrêtez de vouloir impressionner les autres !
  7. Arrêtez d’avoir des croyances limitantes !
  8. Arrêtez de vouloir plaire à tout le monde !
  9. Arrêtez de vous plaindre et de critiquer les autres !
  10. Arrêtez de vous préoccuper de l’Avenir !

En la voyant j’ai souri.. Ce sont certes de bons conseils, mais c’est très maladroit ! J’ai donc décidé de reformuler tout ça de façon positive, et je te livrerai le résultat demain. En attendant, je te propose de faire le même exercice avec 2 ou 3 phrases de ton choix, ou si tu te sens en forme, avec les 10 !

Je te donne un exemple :

Arrêtez de fréquenter des personnes toxiques !
–> Choisis des fréquentations positives

Arrêtez d’avoir un discours intérieur négatif
–> Parlez-vous avec respect et optimisme

Ce sont des exemples. Il y a une multitude de reformulations possibles à chaque phrase.

Amuse-toi bien 😉

Read More

Manipulation et Assertivité

Imagine cette scène :

Une jeune femme entre dans un train de banlieue, elle porte son enfant en écharpe. A première vue, il a moins de 6 mois. Il dort, puis se réveille lentement. Il s’agite et se met à pleurer. Il a faim !

Comme il est nourri au sein, sa mère ne peut satisfaire son besoin devant tout ce monde. Elle lui tapote gentiment le dos. Il se calme 2 minutes, puis hurle de plus belle… Il a faim ! Tout le monde se retourne ! La jeune mère prend alors un hochet, et l’agite. Il se calme… Elle lui murmure des mots doux, Il s’endort…

De quel droit fait-elle ça ? Que fait la police ? C’est une manipulatrice ! Il avait faim ! Peu importe le monde, les verrous sociaux, les qu’en dira-t-on ! Elle aurait dû, au nom du lien maternel, authentique et éternel, faire fi de tout ce monde et satisfaire le véritable besoin de son enfant. C’est scandaleux ! Quel monde !

A présent, imagine cette autre scène 45 minutes plus tard :

La jeune maman pose son enfant dans son berceau. Nourri à satiété, il lui sourit. Elle s’apprête à quitter la chambre et il se met à pleurer. Pensant qu’il a encore faim, elle lui tend le sein dans cette belle intimité. Il tourne la tête et pleure encore plus fort ! Elle lui chante une chanson : il n’en veut pas ! Elle agite le hochet. Il se calme… Elle ne pourra quitter la chambre que 10 minutes plus tard. Le son du hochet raisonne encore dans sa tête, mais elle peut se détendre, enfin…

Sale gosse ! Encore un cas de manipulation ! Ah il sait s’y prendre le gamin avec sa petite maman. Cris, agitations… Il irait jusqu’à faire semblant de s’étouffer pour qu’on lui agite ce hochet.

Mais… J’y pense… C’est bien fait pour elle ! C’est elle qui l’a habitué à apprécier ce loisir. C’est elle qui lui a démontré que c’est en pleurant qu’il l’obtiendrait ! Elle n’a que ce qu’elle mérite ! Ces deux la font la paire. Manipulateurs et manipulés en alternance.

Ces manipulateurs qui nous entourent…

Lorsque mon fils avait 2 ans, il commençait à prononcer des syllabes. Tandis que je jouais avec lui, il me disait mulllééé, mulllééé. Je ne comprenais pas. 3, 4 minutes passent, et toujours mulllééé… mulllééé. Je n’y comprends toujours rien. Il finit par me dire « dodo ! ». Ah ! Ca je comprends ! Je le mets dans son lit. Il prend le petit bâton de lumière que nous avons acheté la veille lors du feu d’artifice, se remet debout et me tend les bras : « pas dodo ! »

Ah… Qu’il est intelligent ! Mulllééé = Lumière ! Il voulait son bâton de lumière ! Et voyant que je n’étais pas aussi cultivé que sa mère pour le comprendre, il a utilisé une ruse : son nouveau jouet se trouvait dans son lit ; il m’a dit « Dodo ! » pour que je l’emmène au bon endroit.

Je le reprends dans mes bras et je célèbre ce grand moment de génie… C’est mon fils !

Qu’est-ce qu’une manipulation

La manipulation est un acte consistant à modifier l’état d’un sujet. Il peut s’agir d’un état physique ou mental. On peut manipuler des objets, des animaux, des êtres humains…

Lorsqu’un kinésithérapeute applique ses techniques, il te MANIPULE. C’est le terme employé. C’est le terme le plus approprié d’ailleurs : tu as mal au dos, et il change ton état ! Tu ressors de son cabinet avec le sourire… En franchissant le seuil de son cabinet, tu n’avais qu’un cri : « manipulez- moi ! J’ai mal ! Changez mon état ! ».

Lorsqu’un instituteur applique une technique pédagogique pour apprendre aux enfants à lire, il utilise des techniques manipulatoires (vocales et gestuelles en se servant de cartons, d’aimants, d’objets divers). Il ne suffit pas de dire que « B » et « A » ça fait « BA » nonchalamment. Il faut une sacrée énergie pour manipuler le cerveau des enfants, les convaincre que la lecture est utile, et leur faire ressentir de la joie lorsqu’ils arrivent à déchiffrer leurs premiers mots. Quant aux « bons points » et aux « images ». Qu’est-ce que c’est sinon une manipulation servant à procurer de la fierté et le sentiment de progresser ? Encore un changement d’état.

Lorsque je vais voir Serge LAMA en concert, je le paye (relativement cher) pour qu’il me manipule. Ma compagne apporte les mouchoirs… Que c’est bon ! Vas-y Serge ! Fais-nous vibrer !

Mais alors, nous sommes en demande ! Il y a une demande et une offre… C’est une loi !

Eh oui ! Ca commence très jeune et ça ne s’arrête jamais. Nous manipulons, nous nous faisons manipuler, nous souhaitons êtres manipulés, et lorsqu’il n’y a personne pour nous AIDER, nous nous manipulons nous-mêmes !

Alors pourquoi la manipulation a-t-elle mauvaise réputation?

C’est vrai que lorsqu’on entend les termes « manipulation » ou « manipulateur », ce n’est jamais pour désigner un acte sympathique. Et pourtant… Quel gâchis de taire ce mot, d’autant qu’il est joli, phonétiquement parlant.

Étudions le principe de base sereinement :

Lorsqu’il y a une manipulation, il y a un acte commis par un « Manipulateur » à destination d’un « manipulé ». Le but du premier est de changer l’état du second.

4 cas sont possibles :

LE MANIPULÉ BÉNÉFICIE DE LA MANIPULATION, LE MANIPULATEUR N’EN BÉNÉFICIE PAS.

Tu masses un ami, ça lui fait du bien. Tu donnes de ton temps : c’est un don de soi.

LE MANIPULÉ ET LE MANIPULATEURS EN BÉNÉFICIENT TOUS LES DEUX

C’est du gagnant-gagnant. Tu achètes un produit, le vendeur s’enrichit et se sent utile, et le produit t’est  profitable. Quoi de plus réjouissant ? C’est un coup de maître !

PERSONNE NE BÉNÉFICIE DE LA MANIPULATION

C’est une manœuvre à deux perdants. Le manipulé se fait avoir, le manipulateur n’en profite pas non plus. Il peut s’agir d’une erreur, un malentendu, une auto-punition, un gâchis… Le résultat est négatif, mais la volonté initiale n’était pas forcément malsaine.

LE MANIPULATEUR BÉNÉFICIE DE LA MANŒUVRE, MAIS PAS LE MANIPULÉ

Le vendeur te convainc d’acheter un produit qui pourrit dans son stock depuis des mois. Il en vante des mérites inexistants te faisant croire que c’est un produit très convoité, etc. Tout parait vrai, attirant, attrayant, jusqu’à l’œil brillant du vendeur. Mais tout n’est que mensonge. Voilà le coupable ! Le cas tant décrié. La mauvaise manipulation est mensongère ! C’est elle qui a mauvaise presse…

Tu remarqueras qu’il y a 2 cas gagnants, un cas neutre, et un dernier cas (un seul) immoral et injuste. Et pourtant, malgré ce « 3 contre 1 » qui aurait pu en faire un mot lumineux, la manipulation a perdu toute noblesse, car les esprits subversifs ont mis en valeur  la situation négative.

Les prestidigitateurs, les mentalistes et quelques artistes sont parfois encensés pour leurs capacités manipulatoire. Sans parler de la séduction et des préliminaires amoureux.

Une manipulation n’est pas forcément malhonnête. Il serait bon de lui rendre ses lettres de Noblesse.

L’assertivité

L’assertivité est un comportement qui consiste à s’exprimer sans agressivité, sans soumission et sans domination. Ai-je été assertif dans ma proposition à rejoindre ce programme ? Je pense que oui. Pourtant, j’ai reçu des messages de personnes qui m’accusaient de manipuler mes lecteurs et qui reprochaient à ma technique de vente d’être intrusive, pernicieuse, malhonnête, culpabilisante, contraignante… Cc’est inévitable : dès que je parle d’argent, le bon, le doux, le merveilleux auteur du «Bonheur de Neige» devient un sale type !

J’ai vécu un lancement très difficile et épuisant. Il a fallu que je propose aux hésitants deux semaines d’expérimentation gratuite dans le but de les aider à prendre une décision avisée, et 70% d’entre eux ont pris ça pour 2 semaines offertes gracieusement (ce qui n’a absolument rien à voir).

Est-ce que tu entends de la plainte ? Si oui, tu te manipules tout seul, car ce que je viens d’écrire est très assertif : je te livre les faits, ainsi que mon sentiment. Ce n’est pas pour te faire pleurer, ni pour te demander une rallonge.  Ça s’est passé ainsi et je n’accuse personne en particulier. A la limite j’aimerais me désigner comme principal responsable (parce que c’est vrai), mais j’ai trop peur que ton empathie prenne ça pour une auto-flagellation et non pour de la proactivité… Je vais donc t’épargner un paragraphe assertif, de peur que tu t’en serves pour te manipuler.

La morale de l’histoire

Tu auras beau tourner tes arguments dans tous les sens, tu auras beau chercher à ne blesser personne, vous auras beau retravailler ton texte, ton discours, ta gestuelle, ton sourire… Si la personne qui est en face de toi est convaincue d’être manipulée, toute votre assertivité s’envolera en fumée face à ses arguments. Et la raison est toujours la même : la perception ! Le monde intérieur de chacun…

A moins d’en faire ton métier ou ta vocation, tu ne pourras rien y changer. Et le fait de te freiner de peur de « déplaire à certains » est un saboteur terrible pour ta confiance intérieure. Bien sûr qu’il faut faire son maximum pour bien vivre avec les autres : les comprendre, les ménager, les encourager… Mais voici une citation qui pourrait t’aider à lâcher prise, une fois que tu as fait ton possible :

Prétendre plaire à tout le monde est d’un fou ; mais prétendre plaire à tout le monde en temps de révolution est d’un traître!
(Jean-Paul Marat)

Exercice

Au delà de ce que tu aurais envie de me dire après avoir lu cet article, j’aimerais que tu (re)lises «Le Bonheur de Neige» et que tu répondes à cette question :

– Ai-je manipulé mamie ?

Si oui, pourquoi tant d’éloges pour un sale type ? 😉

A++

Stéphane SOLOMON

Read More